Millions de coeurs

Mes mots au fil des jours …

Une légion prête à affronter le monde

Au fil des siècles, ils ont toujours su combattre avec fougue naïve et méthode particulière. Et tel les 300 Spartiates venus défier des Perses inhumains, notre jeunesse saura, aussi, se dresser face à l’amertume du monde des grands.

Je ressens cette énergie qui n’a peur de rien. Ils dansent avec le côté obscur et se dandinent avec la force. Ils se permettent de croire en la sorcellerie pour vivre dans la magie.

Ces jeunes myrmidons s’élèvent face à des remparts virtuels sans avoir besoin de maîtres ni guides.

Leur insouciance devient destruction. Ils sont crédules de leur peur et ne craignent plus le mal.

A grands coups de phrases digitales dénouées d’orthographe, ils deviennent horde redoutée.

Ils ne respectent plus la hiérarchie de l’âge. La tenue vestimentaire est un instrument d’existence au sein de la tribu. L’action n’est plus la base du respect. L’image est puissante et que celui ou celle qui aura le plus de vues conquiert le monde comme Alexandre. Ces effrontés sont devenus invincibles car on les suit.

Leurs cerveaux surexcités sont connectés à un monde virtuel qui va toujours plus vite. D’une vidéo à une photo éphémère, ils aiment, détestent puis oublient sans transition. L’overdose de posts dyslexiques d’amour est proche…

Ils consomment la chair avant le sentiment. Ils expérimentent le charnelle avant la découverte du corps. Ils jugent avant de saluer. Ils se connaissent avant de se parler.

Et ces drogues rapides et excessives qui ne laissent que très peu de place à l’erreur les suivront au-delà de leurs chimères.

Le débit se doit d’être élevé et démesuré. Le partage de connexion se négocie pour s’apprivoiser.

La sensibilité ne se perd, cependant, pas. Elle existe à l’arrière des écrans. Elle demeure mais ils ne l’exposent plus. Il la conserve au fond de leur cœur pour la partager dans l’intimité la plus profonde. Ils ont bien compris que cette dernière pourrait être faiblesse dans ce monde de déjantés. Le doute somnole mais il ne fera pas de vague par crainte d’être exposé en place publique.

Leur carapace rugueuse les pousse à traverser les rues en défiant du regard quiconque croisera leur chemin. Ils sont prêts.

N’ayons crainte pour eux. Leur singularité si lointaine deviendra instinct de survie.

La guerre débute et les légions sont formées.

    Millionsdecoeurs 7

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :