Millions de coeurs

Mes mots au fil des jours …

Au fil des mélodies

Le pouvoir de la musique ne connaît pas de limites. Sans prévenir, il nous balance au plus profond de notre sensibilité.

On va rire, pleurer, danser, chanter, rêver, aimer et faire cet extraordinaire voyage.

Certains airs habiteront nos vies pour toujours, comme gravés à jamais dans cette âme qui sursaute aux moindres symphonies.

Notre existence connaîtra la perfection au fil de ces mélodies qui nous accompagnent si bien.

The mission

Gabriel’s oboe

YO YO plays Enrico Morricone

Une mélancolie douce m’empoigne. Les notes s’enchainent avec cette perfection qui étonne à chaque écoute. C’est juste, doux et beau. On se retrouve bercé par la mélodie et nous voici protégé. On ressent l’amour lointain qui guette et nous attend. Une paix triste de bonheur emplit notre coeur. Le sourire et les larmes aux yeux.

Mistral gagnant

Renaud

Si on avait à ne retenir qu’une chanson parmi tout celles qui ont bercé la langue française, on conserverait celle-ci. Les notes rendues parfaites par ce piano devenu magique nous bousculent dans notre enfance, ce temps qui passe et l’immortalité que nos enfants nous offrent.

Une si belle déclaration d’amour pour sa descendance.

Et cette phrase qui viendra nous rassurer pour l’éternité : «  les méchants c’est pas nous … ».

Killing in the name

Rage against the machine

L’époque est passée mais ce rythme d’affolé reste et nous empoigne toujours.

Une montée, puis l’explosion, puis le calme.. et on recommence. Comme les différents temps d’une vie, ce morceau, sans concession, martyrisera certains mais fera bouger les autres. Notre coeur va battre. Notre âme va palpiter. On redeviendra incontrôlable et on sautera sur ces rifs qui nous guideront jusqu’à l’exaltation.

May it be

Enya

On entre dans ce monde féérique avec délicatesse. Un paradis de calme. Cette voix nous infuse une paix qui embrasse notre coeur. Les yeux se ferment et le sourire signe notre visage. Et puis les souvenirs … Elle était magnifique, ce soir là, dans ce pull blanc trop grand pour ces petites épaules. Ma femme … Les derniers rayons de soleil balayaient le lac. Les montagnes respiraient ce printemps lumineux. Un instant au plus proche des anges.

Out of my hands

Milow

Ce titre nous replie sur nous-même. Il vient nous couver pour respirer cet amour qui fait du bien mais qui attriste aussi. En effet, on ressent cette crainte qu’un jour tout sera fini … et on a peur que ce cadeau nous soit repris. On réalise, alors, la chance folle d’être épris du coeur d’une personne. Et ce soir là, pour notre mariage … à jamais.

Millions de coeurs 18

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :