Millions de coeurs

Mes mots au fil des jours …

CRIS de Laurent Gaudé … les sens au plus prêt de cette guerre

Ce récit n’est pas romantique … oh non !

Il n’est pas magique … oh non !

Vous ne passerez pas un moment agréable à lire ces pages écrites sous le style propre de Laurent Gaudé. L’auteur nous tire par les cheveux et vient nous balancer dans ces tranchées pendant la première guerre mondiale. Et tout en bouleversant nos sens, ces soldats deviennent beaux de malheur.

On est dans le sensitif. On respire dans ces tranchées. On est couvert d’une boue à la fois protectrice et dévastatrice. On est mouillé par cette pluie qui purifie mais qui pétrifie. On reste hagard à la suite du bruit insupportable des bombes qui scarifient la terre et les hommes. On entend sans le vouloir les cris de nos amis soldats. Et notre esprit détruit par la mort se laisse divaguer à imaginer des êtres mi-homme mi-démon se promenant dans le brouillard.

Dans ma vie très confortable, j’aurais, aussi, lancé des pierres à ce soldat faible et traumatisé par cette guerre que je ne connaîs pas. J’aurais eu peur de cette réalité qui sévit à l’extérieur de mon nid si douillet. Je refuserais cette tristesse. Je balayerais cette rage.

On devient, ainsi, honteux de sa propre condition d’homme. On ose, alors, remercier ces soldats de l’enfer qu’ils ont traversé pour nous sauver.

Dans cette histoire, au fil des paragraphes, on passe d’un personnage à l’autre sans tergiverser. Comme ces obus qui tombent au hasard de la mort, on est balancé d’une pensée, d’un ressenti, d’une terreur et d’une envie de vivre à l’autre.

Des phrases souvent très courtes nous taillent les tripes comme ces baïonnettes que l’on ne peut voir venir.

Et ces hurlements incessants … et ces plaintes … et toutes ces peurs …

On veut s’échapper de ces tranchées, fuir sans être honteux, vivre et rêver encore à des jours plus lumineux. On rêve de partir avec ces soldats devenus amis.

Mais ces jeunes guerriers naïfs traîneront leur traumatisme dans leur cerveau, sur leur peau et dans leur poumons jusqu’à la fin. Et que dire de ces gueules cassées qui ne pourront plus regarder leur face de courageux dans la glace …

On restera déboussolé par ces nuits de cauchemar éveillé où la grande loterie de la mort nous fait vaciller tel de méprisables pantins. La terre crie et prend en otage des hommes devenus fous.

Je vous encourage à lire cette histoire ainsi que les autres récits de l’auteur. Parfois aussi réel que la vie et quelque fois aussi doux que les rêves, Laurent Gaudé vous emmènera au gré des drames et de l’amour avec une simplicité ravissante qui dépeint avec grâce la vie et les sentiments des êtres de notre planète.

Millionsdecoeurs 16

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :